vendredi, 17 octobre 2014

Rumeurs...

Le 26 décembre 1957, Lucie déclarait au Père Fuentès: «Père, la Très Sainte Vierge est bien triste car personne ne fait cas de son Message... Le démon est en train de livrer une bataille décisive avec la Vierge... N’attendons pas que vienne, de Rome, un appel à la pénitence de la part du Saint-Père, pour tout le monde; n’attendons pas non plus qu’il vienne de nos évêques dans leur diocèse, ni non plus des Congrégations religieuses... Maintenant il faut que chacun de nous commence lui-même sa propre réforme; il doit sauver non seulement son âme, mais aussi toutes les âmes que Dieu a placées sur son chemin

     Le message de Notre-Dame de Fatima a sombré dans l’oubli, et l'on en mesure aujourd'hui les conséquences dévastatrices à l'occasion du synode qui se tient sur la famille. Dans la fameuse déclaratio publiée, à mi-parcours,  par le secrétariat de ce synode, il y a beaucoup de miséricorde pour tout le monde, beaucoup à comprendre sur les couples de fait et les mariés seulement civilement, la générosité avec les couples homosexuels, toute la tolérance avec les divorcés remariés, l’accueil généreux face aux situations les plus disparates. Bref, ce serait une remise en cause de la doctrine catholique. A Pilate qui l'interroge, Jésus répond: "Je suis venu dans le monde pour  rendre témoignage à la Vérité". Ce ne serait  pas défendre la Vérité  que d'ouvrir l'Eglise à une pastorale qui en serait négatrice.

       Et, dites-moi, quelle est la cause de cet acharnement à canoniser ou à béatifier tous les Papes du Concile, alors que de saints Papes, dont la sainteté est connue, qui les ont précédés, ne le sont pas? 

        L'insouciance des Pasteurs à l'égard du message nous conduit vers une issue tragique.

lundi, 13 octobre 2014

Retour aux temps bibliques...

C 'est, en effet, un véritable retour aux temps bibliques (traversée de la Mer Rouge, Josué qui arrête le soleil) que marque le 13 octobre 1917, jour du grand miracle promis par la Vierge Marie, trois mois précédemment, miracle appelé communément: la danse du soleil

Au début de cette apparition, la Céleste Visiteuse déclare: “Je veux que l’on fasse ici une chapelle en mon honneur. Je suis Notre-Dame du Rosaire”. Il faut donc admettre que tout le message de Fatima est délivré par la Reine du Rosaire. Et c’est Elle, la Reine du Rosaire, qui, effleurant, le soleil, de la lumière jaillie de ses mains, va le lancer, pendant dix minutes environ, dans une danse stupéfiante, jusqu’au moment où il semblera se détacher du ciel, pour se précipiter sur les soixante-dix mille spectateurs terrifiés. Quelle splendide manifestation de son pouvoir et de sa puissance! Avec autorité, Elle avait annoncé, le 13 juillet: "Je ferai un miracle". Et ce même jour, Elle avait, préalablement, affirmé: "Elle seule (Notre-Dame du Rosaire) pourra vous secourir". Cet éclatant miracle venait le confirmer.

Pourquoi faut-il donc que nous demeurions sourds à l’exhortation de notre Mère? exhortation qui est, pourtant, une formidable promesse, nous sommes sûrs de la voir se réaliser, si nous recourons à l’intercession auprès de Celle qui commande même au soleil.

Hélas non! Les signes ont beau pleuvoir, mais la grande prière, la toute-puissante prière, l’invincible prière qui triomphe de toutes les hérésies, celle qui prévient la Justice de Dieu, la belle et sainte prière du Rosaire ne monte pas, en supplique unanime, de tous les cœurs des fidèles catholiques, et de leurs pasteurs, vers Celle qui, Seule, peut nous secourir.

Ne nous y trompons pas: les tempêtes, les inondations, la sécheresse, les guerres et les violences, les attentats, tous les fléaux qui ont frappé le monde, en la fin du vingtième siècle, qui continuent de le frapper, sont autant de signes que Dieu nous donne. Il veut nous réveiller; que nous nous tournions vers Lui, que nous nous convertissions: “Qu’ils n’offensent plus Dieu, Notre-Seigneur, qui est déjà trop offensé!”; supplie si douloureusement notre Mère, à la fin de son apparition de ce 13 octobre. Il veut que nous comprenions que notre vie sur la terre n’est qu’un séjour provisoire, destiné à préparer notre bonheur éternel. Que l’essentiel est en cela, et que le reste, tout le reste, comme nous-mêmes, retournera en poussière.

Notre-Dame de la Prière, sauvez la France, sauvez nos familles! 

samedi, 11 octobre 2014

Un efffondrement...

La Tradition fête, en ce jour, Sainte Marie, dans sa Maternité Divine. Par son consentement à la Parole de     l 'Ange, la Vierge de Nazareth est devenue la Mère de Dieu, contribuant ainsi au Salut que Jésus est venu apporter à l'humanité.

Et, pourtant, nous voyons que le monde s'effondre... On le constate partout, nore civilisation est à bout de souffle, elle cantonne  les hommes dans leur condition d'habitants de la terre. Plus d'échappée vers le Ciel! Les nourritures terrestres  rassasient leurs cœurs, sans pourtant les contenter. Notre société sombre dans la désespérance, manifestée par les conflits qui éclatent partout.

Il est stupéfiant de constater que le Ciel nous a indiqué la manière d’obtenir la paix, et on n’en tient aucun compte!  Les hommes sont aveugles et refusent la paix selon les vues de Dieu, c'est-à-dire le recours à Notre-Dame du Rosaire,  victorieuse de grandes batailles dans la Chrétienté. Elle seule apportera cette paix aux hommes.

La grande voix de l’Église ne se fait même plus entendre en faveur de cette prière pour la paix, en faveur d’une mobilisation générale autour de la Reine du Rosaire, comme, autrefois, dans les heures tragiques que l’Épouse du Christ traversait. Aurait-elle oublié son histoire? Aurait-elle oublié les heures glorieuses où l’étendard de la victoire claquait sous le souffle des Ave?

Elle est maintenant venue l’heure, où le petit peuple des croyants doit se rassembler autour de Notre-Dame du Rosaire pour prier comme elle l’a demandé. Lucie de Fatima nous a prévenus: ne comptons que sur nous-mêmes!