jeudi, 14 août 2014

Un signe grandiose...

C'est par ces paroles que s'ouvre le chapitre 12 de l'Apocalypse: "Un signe grandiose parut dans le ciel: une femme". C'est la Vierge Marie, qui se montre à Fatima, le 13 octobre 1917, dans le miracle du soleil.

Il y a un rapprochement à établir, entre les apparitions de Marie à Fatima et son Assomption, avec ces trois détails: ses paroles lorsqu'elle se montre aux enfants: "Je suis du Ciel"; puis la lumière qui l'habite et jaillit de son corps; enfin cette description de Lucie: "Elle commença à s'élever doucement, en direction du levant, jusqu'à disparaître dans l'immensité du ciel. La lumière qui l'environnait semblait lui ouvrir un chemin à travers les astres, ce qui nous faisait dire, quelquefois, que nous avions vu s'ouvrir le ciel" .

La fête de l'Assomption nous rappelle notre destinée éternelle: nous sommes faits pour le Ciel; ne nous attardons pas dans les soucis, les préoccupations de cette terre, ils passseront... Lorsque le Seigneur viendra frapper à notre porte, qu'il nous dira: "C'est l'heure!", puissions-nous ne pas nous trouver démunis, dépourvus de sa grâce! Où irons-nous alors?...

Cette fête évoque aussi le lien très étroit qui existe entre la Vierge Marie et la France, qui lui fut consacrée par le roi Louis XIII, sous le vocable de Notre-Dame de l'Assomption. De par la volonté royale, elle fut déclarée fête nationale. Elle le demeure, et la seule  pour tous ceux qui ont confiance dans la mission divine de la France, qui, un jour, prophétisa saint Pie X, se convertira et retrouvera sa dignité de fille aînée de l'Eglise. 

En ces jours tellement sombres pour l'avenir de notre patrie, gardons cette promesse fidèlement dans le sanctuaire de notre coeur, elle nourrira notre espérance et soutiendra notre prière pour hâter l'avènement de ce jour glorieux.

L'assomption, c'est également Lourdes et le pèlerinage national... Comment peut-on douter du destin de la France, si l'on considère que la Reine du Ciel l'a choisie, entre toutes les nations, pour y confirmer le prodigieux privilège de son Immaculée Conception?

Notre-Dame de la Prière, sauvez la France, sauvez nos familles

mardi, 12 août 2014

Le retour...

On parle, ici ou là, du retour de Jésus. Des signes nous ont été donnés.

Notre-Dame de Pontmaint, le soir du 17 janvier 1871, présente, aux enfants qui la voient, une grande croix rouge portant le corps sanglant de notre Sauveur, avec une inscription surmontant la croix: "Jésus-Christ". «Alors apparaîtra le signe du Fils de l’Homme dans le ciel…» (Matthieu 24/30).

«Un signe grandiose apparut dans le Ciel: une Femme revêtue du soleil…» (Apocalypse 12/1). C’est la Vierge Marie, à Fatima, Femme de lumière, notamment dans son apparition du 13 octobre 1917. Elle projette ses mains sur le soleil, les rayons qui en émanent le mettent en mouvement, il s’engage dans une danse effrayante, semblant vouloir écraser la terre, sous les cris terrifiants des spectateurs. C’est l’image du "soleil de justice", qui, selon Malachie, annonce la seconde venue du Seigneur en gloire, et pour le jugement.

Mais après une course déraisonnée le grand astre reprend sa place au firmament, c’est encore le temps de la Misércorde, avant que ne vienne le Juge inexorable. Jésus annonça à Sœur Faustine, décédée le 5 octobre 1938: "Écris ceci: Avant de venir comme un Juge équitable, je viens d’abord comme Roi de miséricorde. Avant qu’advienne le jour de justice, il sera donné aux hommes un signe dans le ciel.

Toute lumière dans le ciel s’éteindra et il y aura de grandes ténèbres sur la terre. Alors le signe de la croix se montrera dans le ciel, et des plaies des mains et des pieds du Sauveur, sortiront de grandes lumières, qui, pendant quelque temps, illumineront la terre. Ceci se passera peu de temps avant le dernier jour".

Nous ne connaissons rien quant à ce dernier jour, qui verra le second avènement du Fils de l’Homme. Mais, quotidiennement, quantité d’hommes voient s’achever leur séjour sur cette terre. La mort sera le dernier, et le plus important, moment de notre existence. Avec la petite Thérèse, nous pourrons affirmer que nous entrerons dans la vie.

Ce sera la vraie vie!

Notre-Dame de la Prière, sauvez la France, sauvez nos familles!

lundi, 11 août 2014

Pour nos frères chrétiens persécutés...

Les chrétiens sont solidaires les uns des autres; tout est commun entre eux; “si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui....(1 CORINTHIENS 12/26).

Indépendamment de l'aide matérielle que nous pouvons apporter à nos frères chrétiens persécutés, il y a aussi celle de la prière et de la souffrance. La prière intime, l’effacement, l’immolation en silence, quelle fécondité! C’est le secret de Nazareth. Jésus a besoin d’âmes vraiment aimantes, vraiment hosties avec lui, vraiment transformées en lui-même par l’amour. Il en a besoin pour sauver les hommes. Tout cela est contenu dans le message de Fatima, dans la question de la Reine du Ciel à ses pastoureaux: "Voulez-vous vous offrir à Dieu... ?"

Le chrétien doit vivre  sa vie de baptisé, d’enfant de Dieu;   chaque jour, s’efforcer de se conformer au Christ, se revêtir, chaque jour du Christ, avoir en soi les sentiments du Christ,  ses dispositions, ses intentions, ses manières de voir et de faire. Il n’y a de vie  chrétienne authentique que dans la recherche réelle et constante du Christ, dans le renoncement.

Notre-Dame de la Prière, sauvez la France, sauvez nos familles!