samedi, 10 novembre 2012

Le Vendée Globe...

Aujourd'hui, l'aventure  commence pour  dix-neuf hommes et  une femme, qui s'élancent pour le Vendée Globe, un tour du monde; c'est  une course à la voile, en solitaire, sans escale et sans assistance, sur des voiliers monocoques. Ce sera, certes, un formidable exploit pour ceux qui arriveront au terme. Mais avec quels risques et pour quel enjeu? La renommée? Le gain? Exposer sa vie pour des biens si éphémères?...

Nous sommes faits pour une autre aventure, celle à laquelle Jésus nous invite: "Avance au large!" (Luc 5/4). Ils sont nombreux ceux qui ont obéi à son ordre, qui ont parcouru les mers du monde: les apôtres, les missionnaires, qui ont jeté leurs filets, les ont retirés pleins... Ce sont eux qui, par leurs labeurs incessants, leur peine, leur fatigue, tel saint Paul, ont contribué à peupler le Ciel des Elus que nous fêtions en la fête de la Toussaint. Et ce rôle est dévolu à tout disciple du Christ; un malade, sans quitter sa chambre, peut, par la prière et l'offrande de ses maux, parourir tous les océans et se faire pêcheur d'hommes. Sainte Thérèse de Lisieux, les patoureaux de Fatima nous en sont un exemple saisissant.

L'homme est si grand, qu'il ne devrait pas gaspiller sa vie dans des affaires qui le détournent de sa destinée. Mais il ne le sait pas, parce que les évangélisateurs ne sont plus très nombreux  qui exposent leur vie à parcourir les mers. Et pourtant, le mystère reste entier, la mort est toujours là... 

Combien, sur notre terre, se laissent interpeller par ce mystère. Combien se posent la question: "Et après la mort?" Il est inimaginable que quelqu'un de sensé ne cherche pas la réponse. La réalité nous crève les yeux, après nous tout disparaît, il ne reste rien qu'un pauvre cercueil ou quelques cendres. Tout, richesse, maison, renommée, amour, absolument tout! Mais quel désespoir! S'être tellement dépensé pour en arriver là! Non, ce n'est pas possible, quelque chose me dit, en moi, que je ne peux pas mourir, que je suis immortel, mais pour quelle vie? 

Écrire un commentaire